Conseil municipal du 22 juin - la lettre d'un administré

Publié le par lecoledufresnecamillyvivra


Bonjour,


Je me réveille ce matin avec une barre au front.

Non à cause de cette piteuse équipe de France, mais plutôt à cause du spectacle offert hier soir par nos élus.

Quelle tristesse de voir que ceux que nous avons mis à la barre de notre navire communal s'entre déchirent de la sorte. Ils sont incapables de prendre des décisions qui pourtant semblent évidentes, et je ne parle pas ici que de l'école. Ceux qui sont restés pour assister au débat sur les voiries ont eu la preuve que le mal est profond au sein du conseil municipal.

J'ai honte d'être représenté par des personnes dont l'unique objectif est de ne pas en avoir justement. Aucun projet ne doit aboutir s'il suscite débat et contradiction. Rien ne doit être discuté surtout si c'est le maire qui porte le projet.

J'ai honte de voir que le maire élu par le peuple outrepasse ses droits en interdisant tout débat public, en transférant à d'autres élus de la république des mails privés d'un de ses adjoints, en mentant ouvertement sur des faits qu'il nie avoir à sa connaissance (comme la demande de dérogation vers l'école de Cairon...) etc..

J'ai honte de me (enfin nous) faire traiter en public de "harceleur de vice-président" et d"agresseur de gens de bonne foi" (en parlant des 13 pétitionnaires de Sécqueville). De la part d'un professeur d'histoire, qui connait le poids de la censure et les impacts négatifs que cela a eu par le passé, c'est intolérable d'entendre qu'il faut cesser toute action contestataire et toute communication sur le blog ou autre.

J'ai peine à entendre que nous avons fait le procès de Monsieur Dupré hier et que ce n'était pas le lieu pour cela. J'ai pas vu de procès hier, j'ai vu des inquisiteurs qui mettent tout en oeuvre pour brûler la sorcière école, responsable de tous les maux du village.

C'est la première fois que j'ai honte d'habiter au Fresne-Camilly. Pourtant, on devrait être fiers, on a un beau tracteur...

Une chose est sûre cependant, je n'ai pas honte de tenir ces propos !

 

 

Un administré présent ce funeste 22 juin 2010, au temple

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marzelay dans la rue st dié 24/06/2010 13:58



c fou, on a l'impression de revivre le même feuilleton. des égoq mal placés, de la mauvaise foi,  du mépris.


nous étions nous de notre côté, considérés comme racistes, manipulateurs d'enfants...tout ça pour refuser l'évidence, un projet mal ficelé, basé sur aucun critère objectif, juste sorti de la
tête de 2 adjointes qui voulaient se faire mousser auprés du premier magistrat.


il faut se battre, foutre le bordel, mais topujours dans la légalité et ils ne pourront que reculer.



toto 24/06/2010 13:34



Equipe de France de football, gouvernement, conseil communautaire, conseil municipal : c'est toujours la même rengaine, je privilégie mon petit intérêt personnel au détriment de l'intérêt
collectif, je m'installe dans mon mandat et je regarde ce que je peux faire pour moi-même et pour mes copains, je bafoue les valeurs de notre république : fraternité, solidarité .... RAS LE BOL !
la coupe est pleine, CASSEZ-VOUS !!


vous avez commis une grave erreur ici messieurs les élus, le petit peuple d'en bas ne s'énerve pas souvent, le petit peuple d'en bas est prêt à se faire tondre en silence par vos projets
pharaoniques de siège pour la CdC, de zone industrielle pour Bretteville, et ce n'est que la partie immergée de l'iceberg !! mais le petit peuple d'en bas n'accepte pas et n'acceptera jamais que
ses enfants payent le prix de vos turpitudes, de vos compromissions, de vos arangements entre élus bien pensants !! le stade de la colère n'est pas très loin d'être dépassé maintenant !!


P.



RB 23/06/2010 16:24



Oui, je partage ce sentiment de dégoût, devant un spectacle aussi navrant et révoltant !


Notre maire a donné en cette édifiante soirée toute la mesure de sa maîtrise des ficelles politiciennes : esquive habile des questions directes, mensonges éhontés proférés avec un aplomb
consternant, manipulations d'arrière garde, tergiversations sans fin, atermoiements ridicules, et bien sûr l'indispensable auto-glorification narcissique sensée le dédouaner de sa couardise !
Autant de comportements biens connus maintenant et qui ne sont pas sans me rappeler ceux d'un petit roitelet en son fief ....Un Ubu devenu roi, maniant avec aisance le croc à merde et le bâton à
phynance.


Pour finir : moi non plus je n'éprouve aucune honte à tenir pareils propos, bien au contraire.


RB





!--
@page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm }
P { margin-bottom: 0.21cm }
-->


mobilisation marzelay st dié 23/06/2010 15:19



classique, recherche d'intimidation de la part des élus et de dénigrement de votre mouvement.


on a eu pareil, le 12 avril lors d'une conseil municipal, nous étions des manipulateurs d'enfants, racistes et politisés.


dans ces cas là, il n'y a qu'une réponse hélas. monter d'un cran la mobilisation pour montrer que les intimidations ne marchent pas.


enfin, petit message à messieurs les élus, vous n'avez pas un chéque en blanc parce que vous êtes en début de mandat. vouis n'avez certainement pas été élus pour fermer des écoles. alors,
n'oubliezpas l'interêt general et ne croyez pas que les citoyens n'ont pas de mémoire.



lecoledufresnecamillyvivra 23/06/2010 19:20



effectivement, nous avons vite compris qu'au lieu de s'unir pour résoudre le problème (comme le ferait tout individu normalement constitué, mais ça n'est pas le cas de nos élus ...), ces
messieurs préféraient s'unir pour décrédibiliser le mouvement des parents d'élèves, ce qui leur semblait plus prompt à remplir leur petits intérêts personnels et électoraux ... ou alors sont-ils
tellement aveuglés par leurs égos qu'ils pensaient que nous n'y verrions que du feu ??


la technique est la suivante :


1er temps : Monsieur A dit en public que à travers la mort de l'école, il "veut la peau" de Monsieur B, que personne ne peut "saquer"


2ime temps : un parent d'élève du public indigné par de tels propos envoie un courriel à Mr B pour lui indiquer ce que dit de lui Mr A


3ieme temps : Mr B imprime le courrier et le remet à Mr A


4ieme temps : Mr A lit en public et en réunion le courriel adressé à Mr B. Il indique alors bien évidemment, et en toute franchise, que tout ce qui y est rapporté est faux. Ce courriel ne peut
qu'etre l'oeuvre de parents d'élèves illuminés....


étonnant non ??