La bienveillance du bureau communautaire

Publié le par lecoledufresnecamillyvivra

 

 

Le 8 avril 2010, Mme la vice-présidente de la commission scolaire affirme en réunion publique au Fresne-Camilly pour commencer son intervention que toute demande de dérogation du Fresne-Camilly vers Cairon sera acceptée,

 

Deux mois plus tard, l'école du village du Fresne-Camilly obtient le "privilège" d'être logé à la même enseigne que l'école du village de Cairon,

 

enfin presque, puisque dans un cas alors que les dérogations seraient "acceptées" (ce qu'ont entendu les  80 personnes présentes ce jour là, voir aussi l'article de ce blog en date du 15 avril*), dans l'autre cas elles seront "examinées avec bienveillance",

 

en toute impartialité ...

 

 

Mme la vice-présidente de la commission scolaire de la communauté de communes, également conseiller municipal de Cairon :

déclare que « les enfants du Fresne qui s’inscriraient à Cairon y seront admis à la rentrée »

http://lecoledufresnecamillyvivra.over-blog.com/article-reunion-publique-du-8-avril-2010-compte-rendu-48659914.html 

 


2010 06 09 - bureau

 

Ci-après, notre proposition de courrier tel que nous imaginions qu'il ait pu être émis par le bureau communautaire en vue d'une tentative, de la part de la communauté de communes, d'aider l'école du Fresne-Camilly. Courrier remis le mercredi 9 juin au président de la CdC afin qu'il soit remis immédiatement au bureau.



"La communauté de communes « Entre Thue et Mue » dispose actuellement de six écoles de tailles diverses sur son territoire, dans lesquelles se répartissent les enfants de classes maternelles et élémentaires. Le bureau communautaire estime important, pour garantir des bonnes conditions de scolarité à tous les enfants de cette communauté, que l’avenir de l’ensemble de ces écoles soit assuré. Le maintien de tous ces bâtis représente en effet un facteur de cohésion important pour cette communauté. D’autre part, les différences de taille entre ces diverses structures sont un atout pour gérer les flux annuels irréguliers d’élèves en âge d’être scolarisés.

 

Les élèves sont répartis dans les divers établissements selon une « carte scolaire du premier degré » validée par le bureau communautaire. Les enfants des communes qui ne comptent pas d’école sont ainsi dirigés, selon des critères régis par un intérêt collectif et une proximité géographique, vers l’une des écoles de notre communauté.

 

Aujourd’hui, l’une des six écoles d’ « Entre Thue et Mue » est menacée du fait d’un manque d’effectifs momentané. Cette école est celle du Fresne-Camilly. Des solutions sont actuellement étudiées par cette commune pour faire face à cette problématique : modification du Plan d’Occupation des Sols en vue de la réalisation d’un lotissement, et mise en place d’un jardin d’éveil pour accueillir les jeunes enfants de notre communauté. Ces solutions devraient permettre à moyen terme de régler les problèmes d’effectifs de cette structure.

 

Afin de faire face à très court terme au manque d’effectifs temporaire de cette école, la communauté de communes informe l’ensemble des parents d’élèves de cette communauté que, de façon exceptionnelle, un avis positif sera rendu aux demandes volontaires de dérogation à la carte scolaire en vue de l’inscription d’un ou plusieurs enfants dans une classe maternelle ou élémentaire de cette école à la rentrée 2010-2011.

 

Le bureau communautaire insiste sur le caractère volontaire de cette démarche et fait savoir aux parents susceptibles d’être intéressés que le collège de rattachement de cette école est celui de Creully, que la qualité de l’enseignement qui y est prodigué est aussi bonne que celle des autres écoles de notre communauté et que les locaux sont adaptés à l’enseignement à des jeunes enfants.

 

Enfin, la communauté de communes indique qu’elle étudiera une solution de transport collectif si un nombre conséquent d’enfant d’une même commune était amené à être scolarisé dans cette école (soit environ une dizaine).

 

Le bureau communautaire tient à souligner que cette solution ne dessert les intérêts d’aucune des autre écoles de la communauté, et qu’elle peut présenter au contraire l’avantage de ramener les effectifs de certaines des autres écoles de la communauté à des niveaux compatibles avec le plus grand intérêt des enfants."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

RB 14/06/2010 09:54


Bonjour,

Il me semble que ce mercredi 9 juin il avait aussi été dit par Monsieur Varlet qu'il organiserait une nouvelle réunion publique à Secqueville en Bessin avant la fin juin pour informer les parents
de cette commune de cette récente évolution. Quid ?

Ne serait-ce pas là un juste retour des choses, compte tenu de la précédente qu'il avait mené sous sa casquette d'élu de la CDC en charge des affaires scolaires, et qui avait pour objectif
manifeste de décourager toute velléité de cette nature auprès de ses administrés ?

Il faut d'ailleurs rappeler à ce sujet, que les quelques parents de SEB qui avaient dans un premier temps manifestés le désir d'inscrire leurs enfants dans l'école du Fresne Camilly, découragés à
très juste titre par toutes ces manœuvres bien peu reluisantes, les ont finalement inscrit à l'école de Bretteville le vendredi 4 juin. Un fait qui ne pouvait certainement pas être ignoré par
certains responsables de la commission scolaire de la CDC lorsque ces propositions de ré-examen nous furent faites et qu'ils se sont bien garder d'en faire part à leurs autres collègues. Chacun
jugera en son âme et conscience le caractère au combien particulier de pareil procédé.

D'autre part, pourquoi ses dérogations devraient-elles concerner uniquement les enfants de Secqueville en Bessin ? Je ne vois en toute logique rien qui puisse justifier cette limitation. Sauf
peut-être à conforter l'idée que le devenir de l'école du Fresne Camilly est une affaire entendue !

Enfin, si la volonté de mener une réflexion globale auprès de l'ensemble des communes de la CDC pour le devenir de nos écoles est des plus louable, elle arrive fort tardivement et uniquement sous
l'effet de la détermination des parents du Fresne Camilly. Il est quand même déplorable de constater que, malgré des alertes nombreuses et répétées depuis de nombreux mois, il faille en arriver là
pour que ces choses pourtant évidentes se fassent. Ne dit-on pas que gouverner c'est l'art d'anticiper ?

RB