Lettre ouverte à la commission scolaire - 26 avril 2010

Publié le par lecoledufresnecamillyvivra.over-blog.com

Lundi 26 avril 2010, la commission scolaire de la communauté de communes s'est réunie à huis clos en l'école de Saint Manvieu.

Une représentation des parents d'élèves du Fresne-Camilly s'est rendue sur place afin de transmettre - avant le début de cette réunion - la lettre ouverte qui suit aux élus membres de cette commission scolaire.

 


Le 26 Avril 2010,

 

Madame et Monsieur les vice-présidents,

Mesdames et Messieurs les élus membres de la commission scolaire,

  

 

Madame la vice-présidente, au cours de la réunion du 14 avril dernier, vous avez demandé au conseil communautaire de se positionner à court terme sur la gestion globale du parc d’écoles situées sur la communauté de communes. Vous avez pointé du doigt la saturation dans un avenir proche des locaux actuels. Vous avez évoqué, parmi les choix qui s’offrent à la communauté, celui de suivre le SCOT en ne conservant que trois grands pôles scolaires : Cheux, Bretteville et Rots, ainsi que l’option de conserver les bâtis actuels, qui reposent sur des petites, moyennes et grosses structures.

 

Nous abondons dans votre sens. Nous pensons comme vous qu’une réflexion doit être menée afin de déterminer le meilleur pour les enfants de notre communauté. Nous croyons que les parents d’élèves d’entre Thue et Mue peuvent jouer un rôle utile et constructif dans cette réflexion et nous avons donc l’honneur de vous demander que la commission scolaire propose à chacune des associations de parents d’élèves de notre communauté de faire partie du groupe de travail que la commission scolaire se doit d’initier.

 

Nous sommes profondément convaincus que cette démarche se doit d’être une démarche républicaine, basée sur des valeurs de solidarité et de fraternité fortes. Nous ne voulons pas croire que l’intérêt de certains des enfants de notre communauté soit bafoué au profit de considérations partisanes. Notre communauté de communes est une structure récente, qui doit encore faire la preuve de son fondement même auprès de ses administrés. C’est pourquoi des décisions partiales, qui laisseraient aux administrés de certaines communes un sentiment d’iniquité, ne pourraient qu’être préjudiciables à son avenir et à sa cohésion.

 

Nous pensons que les considérations de tous doivent être prises en compte et que, par l’intermédiaire de ce groupe de travail, des décisions peuvent rapidement voir le jour.

 

La situation est urgente. Comme l’ont fait remarquer nombre d’élus au cours du dernier conseil communautaire, il est temps d’agir ! Par exemple, à très court terme, vous avez rappelé vous-même, Madame la vice-présidente, le risque de voir « exploser à la rentrée prochaine » – selon vos propres termes - les effectifs de l’école maternelle de Bretteville l’Orgueilleuse, ce qui pourrait nécessiter la mise en œuvre d’une structure provisoire de type « Algeco » pour accueillir les enfants en bas âge de cette éventuelle 7ième classe. Par effet boule de neige, il serait alors probable que les enfants de Norrey ne puissent pas continuer à profiter de la cantine de Bretteville, comme c’est le cas actuellement. Dans le même temps, à quatre kilomètres de là, l’une des quatre classes de l’école du Fresne-Camilly resterait fermée, faute d’effectif suffisant : cette situation paradoxale mettrait en évidence les limites d’une gestion à court terme des effectifs ainsi que des bâtiments scolaires.

 

Les élus du Fresne-Camilly, sensibles à cette situation, ont d’ailleurs rappelé leur soutien fort à cette école, notamment par le vote unanime d’une motion spécifique lors du conseil municipal du 6 avril dernier.

 

Nous avons donc pensé qu’il pourrait être dans l’intérêt de tous de redéfinir aujourd’hui l’affectation des enfants de Secqueville en Bessin scolarisés en maternelle. Cette solution présenterait aujourd’hui le double avantage de désengorger la maternelle de Bretteville et d’assurer la pérennité de l’école du Fresne-Camilly. Cette solution n’est pas une solution communale, c’est une solution communautaire !  Au regard de la situation actuelle, il apparaît clairement qu’elle présente de nombreux atouts pour les enfants des communes de Bretteville, de Norrey, du Fresne et certainement aussi de Cairon, qui verrait les effectifs de ses classes grossir de façon substantielle si l’école du Fresne fermait demain.

 

Quant aux enfants de Secqueville, ils bénéficieraient d’un enseignement d’une qualité reconnue, équivalente à celle prodiguée à Bretteville, dans des conditions matérielles très confortables. En toute objectivité ! Nous vous invitons à venir vous en rendre compte par vous-même au cours de la journée « portes ouvertes », qui aura lieu à l’école du Fresne dans un avenir très proche. Enfin, les enfants de Secqueville scolarisés aujourd’hui en école élémentaire subissent l’épreuve d’être séparés de leurs camarades de classe de Bretteville à leur entrée au collège, du fait de la carte scolaire. Réunir demain les enfants de maternelle de Secqueville et du Fresne, c’est garantir à cette génération qu’ils resteront unis jusqu’à leur scolarité au collège de Creully. Nous pensons que c’est aussi un facteur important de cohésion entre les différentes communes de notre communauté.

 

Nous demandons donc qu’un travail important de communication soit mené, par les élus en particulier, envers les parents des élèves de Norrey, de Saint-Manvieu, de Bretteville, du Fresne et de Secqueville notamment. Il est important que tous se réunissent rapidement pour expliciter les avantages et inconvénients de telle ou telle solution, dont celle que nous proposons, ou d’un statut-quo par rapport à la situation actuelle.

 

Chacun doit être en mesure de se forger une opinion personnelle sur la base d’éléments objectifs.  2001 a marqué le début d’une nouvelle ère pour nos treize communes, 2010 doit marquer le début d’une réflexion globale pour les écoles des enfants de cette communauté, qui doit s’accompagner de décisions rapides dans le cadre d’une politique clairement définie et affichée.

 

  Mesdames et Messieurs les élus, nos enfants comptent sur la clairvoyance de votre jugement. Leurs parents vous en sauront gré.

   

Les parents des élèves de l’école du Fresne-Camilly

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article