Ouest-France : article du 5 juillet 2010

Publié le par lecoledufresnecamillyvivra

Suite à l'article publié lundi 5 juillet dans Ouest-France

(ici : http://lecoledufresnecamillyvivra.over-blog.com/pages/ouest-france-du-5-juillet-2010-3357141.html),

les parents d'élèves tiennent à apporter les précisions suivantes :


- la fermeture de la 4ième classe n'est pas remise en cause, les effectifs étant insuffisants, les parents d'élèves s'inquiètent pour la pérennité même de l'école et le fait que la 3ième classe pourrait se retrouver menacée à très court terme pour quelques élèves manquants (alors même qu'il n'existe aucun chiffre officiel du nombre d'élèves nécessaires pour garantir le maintien d'une 3ième classe ... );

- en ce qui concerne la commission scolaire de la communauté de communes : les parents d'élèves considèrent qu'il est inadmissible que la vice-présidente en charge des effectifs soit juge et partie ! En effet, la fermeture de l'école du Fresne-Camilly "profiterait" à la commune dont cette vice-présidente est maire-adjointe par le biais de la réaffectation des enfants du Fresne vers l'école de sa commune. Ce mélange des genres est inacceptable ! Les faits tendant malheureusement à prouver les craintes : sur quelles bases, à partir de quelles décisions du bureau de l'intercommunalité, a t'il été proposé le 4 mars 2010 à l'inspecteur d'académie que les enfants de maternelle du Fresne-Camilly soient affectés dés la rentrée 2010-2011 à l'école de Cairon ??? Un tel positionnement du bureau n'existe pas ! L'objectivité de cette commission pouvant dés lors être remise en question par des administrés de la communauté soucieux d'une égalité de traitement pour tous. 

- les parents d'élèves ne sont pas à l'origine de la demande de modification du plan d'occupation des sols, celle-ci étant du ressort de la mairie ;

-  les habitants du village voisin de Secqueville ont en effet été rencontrés, avant la journée portes ouvertes de l'école du Fresne au printemps dernier, afin de leur faire découvrir notre école, nos enseignantes et les conditions de scolarisation des enfants. Quelques familles intéressées se sont déplacées volontairement. Des personnes malintentionnées ont en effet alors évoquées le fait que nous étions en train de "voler" des enfants, dans le seul but de faire capoter ce rapprochement entre nos deux communes. Nous sommes les premiers à regretter que la démarche des citoyens que nous sommes pour tenter d'assurer l'avenir de l'une des écoles de notre communauté ait ainsi été dénaturée ! D'autant plus que nous restons convaincus, contrairement à ce qui peut être dit, que cette démarche ne va à l'encontre des intérêts de personne.

- quant à la position du maire, ou du président de l'intercommunalité puisque la distinction des fonctions est parfois difficile, nous pensons que d'avantage de concertation, d'écoutes et de discussions sur la base de propositions tangibles auraient permis d'éviter un "pourrissement" de la situation. Par exemple, le 26 avril 2010 les parents d'élèves se sont rendus à une réunion de la commission scolaire (à Saint-Manvieu Norrey) et ont demandé à être entendus : un refus leur a été opposé. Par exemple, dans un courrier qu'ils ont alors remis à cette commission ce même jour, ils proposaient que l'ensemble des associations de parents d'élèves de notre communauté soit associé à une réflexion globale sur les écoles de la communauté : cette demande est restée lettre morte. Par exemple, le 9 juin 2010 les parents d'élèves se sont rendus à une réunion du bureau communautaire (à Rots) et ont demandé à être entendus : un refus leur a aussi été opposé. Devant un tel refus de dialoguer, devant une volonté aussi manifeste de na pas écouter le point de vue de toutes les parties, quelle autre solution dés lors que d'élever le ton ??


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article